Canadian Classic Fine Art

MacDonald viril


Le viril Edward MacDonald (1889-1971)

Né à Point Anne, en Ontario, sa famille est originaire de l'île de Skye, au large de la côte ouest de l'Écosse. Ils sont arrivés au Canada et se sont installés dans la baie de Quinte, près de Belleville, en Ontario. Très jeune, Manly MacDonald montra un talent pour le dessin et plus tard, après avoir terminé ses études régulières, il entra à l'Albright Art School de Buffalo, New York, où il étudia auprès d'Ernest Fosbery (1910) et à la Boston Museum of Fine Arts School. , Boston, Massachusetts, sous la direction de William Paxton et Philip Hale (1912-13). De retour au Canada, MacDonald s'inscrit à l'Ontario College of Art de Toronto, où il poursuit ses études auprès de JW Beatty (1914-16) et rencontre son épouse, Miss Lambe, qui fréquente également le collège. Il reçut une bourse de voyage royale canadienne en 1918 et, la même année, les Mémoriaux de guerre canadiens lui commandèrent des scènes de femmes travaillant dans les champs pour récolter de la nourriture pour la nation. C'est également l'année où il est élu membre de la Société des artistes de l'Ontario et membre associé de l'Académie royale du Canada et son travail gagne au moins une partie de sa popularité grâce aux expositions annuelles de ces sociétés. MacDonald s'était marié en 1918 et, en 1920, il emmena sa femme en Europe grâce à sa bourse de voyage où ils visitèrent des galeries en France, en Espagne et en Italie. Il avait ouvert un studio à Toronto, mais retournait dans la région de la baie de Quinte, près de Belleville, à différentes périodes de l'année pour capter les humeurs changeantes de la région rurale. Là, il a enregistré des scènes d'hiver et de printemps, d'été et d'automne ; les pêcheurs transportant leurs prises sur le lac Ontario ou l'agriculteur transportant des grumes en traîneau tiré par des chevaux le long d'une route rurale isolée en hiver. Valerie Conde (Windsor Daily Star) l'a un jour décrit ainsi : « Bien que les paysages de l'Ontario soient les sujets de prédilection de Manly MacDonald, il est polyvalent et est également expert dans les études de figures et de têtes d'enfants. Il croit que toute peinture doit être naturelle et intacte, et sa méthode de travail préférée est d'enfiler des bottes hautes et des vêtements de randonnée et de dessiner en plein air… Mieux connu, en tant qu'interprète du vieil Ontario, MacDonald trouve la romance et la beauté au bord de l'eau. -les rives du lac Ontario, dans les petits villages endormis, et les paysages tranquilles dans les régions de longue date de la province. Il n'est pas de l'école qui trouve le plus d'inspiration dans la tristesse sauvage du pays du Nord. Le charme de la couleur est l’un de ses atouts, combiné à une technique compétente et à une capacité à capter une saveur essentiellement canadienne.

Son travail a été choisi pour être exposé à Wembley, en Angleterre (1924,25). En 1936, Graham McInnes (Saturday Night) notait : « … les paysages sont agréablement et solidement exécutés, et portent derrière eux le poids d'une technique parfaitement maîtrisée qui, bien qu'elle donne une force à son œuvre, n'est jamais envahissante ». Son travail a été exposé à l'Exposition universelle de New York en 1939. Dans les années 1940, la Montreal Gazette publiait occasionnellement une photo de ses peintures alors qu'elles étaient exposées à la galerie Herman Silbermann sur la rue Notre Dame Ouest. En 1942, ses œuvres étaient exposées à la Laing Fine Art Galleries de Toronto. Mayfair Magazine en 1951 a raconté comment MacDonald peignait directement sur de grandes toiles, même par temps extrêmement froid, et a reproduit l'une de ses toiles de Lonsdale, en Ontario. Pendant vingt-cinq ans, il a fait don d'un tableau au Club des femmes universitaires de Belleville et du district pour le tirage de bourses visant à aider les filles de cette région à fréquenter l'université et, grâce à ce fonds, quarante-quatre filles ont été aidées. En 1959, il reçut une commande pour peindre une scène de la ligne d'horizon et du front de mer de Toronto, qui fut présentée à la reine Elizabeth à Toronto lors de sa visite au Canada en 1959. La même année, Coutts Hallmark Cards a choisi ses peintures pour leurs cartes de Noël « Série des Peintres du Canada ». Après une carrière de soixante ans dans la peinture, MacDonald meurt à l'âge de quatre-vingt-un ans.

Il fut membre fondateur de l'Institut des peintres de l'Ontario (1958). Il est représenté dans les collections suivantes : Musée des beaux-arts du Canada; Musée des beaux-arts de l'Ontario; Centres d'art Agnes Etherington, Queen's Univ., Kingston; Musée d'art de Londres, Ontario; Abitibi Power et Paper Coll., Tor.; Upper Canada Village, près de Morrisburg, en Ontario; Galerie d'art Willistead, Windsor, Ontario. et bien d'autres collections publiques et privées.